Avis de Kriss sur « Sexe Cité »

lingerie aubade littérature érotique

Qui es-tu Kriss ? Enfin, qui es-tu vraiment ? Nous sommes ici pour faire tomber les interdits n’est-ce pas ?

Pour me résumer ici, je suis un épicurien fétichiste de la lingerie sous toute ses formes. Le contact du tissu me fait partir en voyage car dans le sexe, c’est le cerveau qui commande. Je suis plutôt imaginatif, créatif. J’aime les choses suaves et sensuelles : croiser le regard d’une inconnue dans la rue, sentir l’odeur d’un parfum a le pouvoir de m’envoûter. Pour être franc et sans aucune prétention, je suis quelqu’un de profondément sensuel et tactile car j’aime également masser et être masser : le toucher permet de véhiculer bon nombre d’émotions…

De plus en tant qu’artiste plasticien, j’ai voulu me dépasser, me lancer un petit challenge. Il y a quelques années, une amie photographe m’a proposé de poser pour elle : des photos en lingerie et plusieurs photos sont secrètement conservées : rien de vulgaire, que de la suggestion. Elles font partie de mon petit jardin secret (lol).

« Sexe Cité », ce n’est pas le genre de livre sur lequel on tombe par hasard, es-tu un coutumier de la littérature érotique ?

Non, je ne suis pas coutumier des livres érotiques car je les trouve souvent ennuyeux et ils n’arrivent pas à retransmettre les émotions. Quant à « Sexe Cité », c’est différent…

En fait, il y a quelques mois, j’ai participé à un concours, le sujet : « raconter une expérience sexuelle ou un fantasme ». A ma grande surprise, mon texte a été choisi et va être publié sur le site Histoire de coquine. Le premier prix est un soutien-gorge magnifique appartenant à la fondatrice du site. J’ai été très surpris (agréablement, bien sûr car mon texte a su éveillé le désir et la curiosité).

Puis je me suis dit : pourquoi ne pas me lancer à mon tour alors j’ai longuement cherché des sites ou je pourrai échanger et glaner quelques conseils et je suis tombé sur le site de Stella Tanagra. 

J’ai regardé le site de Stella et j’ai été émerveillé par la richesse des textes et la sensualité des photos. J’ai adoré, que dire : c’est la même chose que lorsque je regarde les publicités pour la marque AUBADE ! C’est tellement délicieux.

Puis j’ai commandé « Sexe Cité », le livre de Stella. Il était 23h30, je crois, et pas vraiment envie de dormir. La nuit était étoilée et propice à la suggestion. Je me suis servi une tasse de café, je me suis mis à l’aise et j’ai commencé à lire…

Si tu devais résumer « Sexe Cité » en quelques lignes, qu’en retiendrais-tu ?

En tant qu’homme, dans le livre de Stella, on se met à la place de l’héroïne, de ce qu’elle ressent.Sexe cité recueil de nouvelles érotiques Stella Tanagra

Dans la première histoire, l’héroïne est sur ses gardes quand elle arrive à la soirée. Elle parle de norme : la norme tue à mon avis. Il faut en sortir et ce n’est pas toujours évident… 

Page12 : l’insistance du regard, ce sentiment désagréable que l’on a tous un jour ressenti…

L’héroïne est très observatrice. Elle observe l’homme qui l’aborde. A ce moment, j’aime beaucoup la description : la ceinture en cuire qui orne avec vigueur ses hanches…

Page 17 : on se met à la place de l’héroïne, on ressent ses peurs, comme vous les fait ressentir l’ambiance morbide des films de Lars Van Trier. A ce moment, je suis à la place de l’héroïne, à nouveau.

Page 20/21 : le malaise suit la citation puis la contradiction entre le coté bestial voire animal, comme Stella le décrit si bien c’est troublant et érotique : l’instinct prend le pas sur la raison. 

La suite de l’histoire est plu crue, intense et troublante…


Y-a-t-il une nouvelle de « Sexe Cité » qui t’a plus marquée qu’une autre ? et pourquoi ?


J’ai adoré aussi lire les confessions intimes d’une nymphette dans la nouvelle « Sommeille en eux ce qui m’éveille à moi ».stella tanagra lingerie sexe cité littérature érotique

J’adore un passage : « j’aime le goût épicé de la rencontre inédite, du premier regard interloqué qui questionne les possibilités d’un éventuel « après ». Je dévore le spectacle de l’homme qui a envie mais qui n ‘ose pas m’aborder par peur de ces communes filles qui disposent quand on leur propose. Jamais je ne serai rassasiée de surprendre au-dessus de moi, des regards envieux qui me déshabillent, me font l’amour et jouissent dès que je leur réponds d’un regard fuyant et supérieur. Si ça leur donne faim, cela m’ouvre d’autant l’appétit… »

Les récits t’ont-ils inspiré : désirs, fantasmes, pulsions, rêveries érotiques ?

Dans « Sexe Cité », il y a tant de passages délicieux, surprenants, d’une rare délicatesse comme de la soie, parfois crus à souhait et diablement érotiques.

C’est un peu comme une zone érogène qui demanderait à être stimulée, un préliminaire qui fait monter la température.

J’ai adoré les descriptions presque organiques : le sang se gorge de plaisirs et de désirs. C’est fin et l’auteure ajuste le tir de ses descriptions d’une finesse à faire bander le lecteur comme une amazone insoumise et téméraire…

Kriss, toi et le sexe en quelques lignes, ça donnerait quoi ? 

Le sexe et moi : vaste sujet. J’adorerais vivre une expérience, un petit fantasme car ce livre éveille les sens. J’adorerais être le cadeau d’une nuit pour une femme, être un homme objet, tester une leçon de soumission délicate et sensuelle. Rien de vulgaire, vivre une petite éducation suave et subjective.

Cette femme à qui je m’offrirais, me banderait les yeux et me demanderait de porter un petit string très fin, très mini qu’elle puisse jouer avec la ficelle pendant des heures, observant le tissu qui se dresse comme la corde d’un violon et qu’elle me susurre à l’oreille : « Tu es à moi toute la nuit j’ai envie de te dresser et que tu m’obéisses… ». Pour moi je rejoindrais le firmament !

lingerie aubade littérature érotique

 

3 thoughts on “Avis de Kriss sur « Sexe Cité »

  1. Je découvre deux sites en même temps, celui de Stellatanagra et celui de HistoireDeCoquine.
    Deux évasions, deux sensibilités, deux belles découvertes paginées désormais dans mes blogs à consulter avec plaisir lorsque je recherche un petit moment d’évasion intellectuelle coquine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *