Galan Dorgia a lu « Sexe Primé »

Sexe Primé Stella Tanagra

Amateur de littérature érotique ? Galan Dorgia est votre homme ! Écrivain et aussi blogueur, Galan est un personnage incontournable dans l’univers de la littérature érotique.  

Pour découvrir l’étendue de son style poétique et non moins licencieux, je vous invite à lire mon article sur ses récits : Au fil des écrits de Galan Dorgia

L’annuaire des auteurs érotiques qu’il a créé est à l’image de la richesse de ses lectures. Y est répertorié un nombre incalculable d’auteurs et des interviews de ceux-ci.

D’ailleurs, c’est avec plaisir que je me suis prêtée au jeu de l’interview, une fois que Galan eut lu mon recueil « Sexe Primé » édité chez Tabou Editions. Voici un extrait de l’article qu’il me consacre :

« Stella Tanagra a écrit une œuvre qui plaira à celles et à ceux qui recherchent quelque chose de différent, à celles et à ceux qui n’ont pas peur de franchir les interdits ou de s’aventurer en chemin dangereux. La plume de l’auteur nous galvanise par son style et sa qualité, nous touche par sa sensibilité, nous effraie par certains sujets évoqués, nous surprend mais en rien elle ne nous laisse indifférent. »

Pour le lire dans son intégralité, rendez-vous sur ce lien : Interview illustrée « Sexe Primé ».

sexe primé littérature érotique stella tanagra tabou éditions

Titre : Sexe Primé

Éditeur : Tabou Editions

Résumé : Aussi roses que noires, des pulsions (in)humaines s’expriment en dix nouvelles dangereusement excitantes. A chaque page tournée, transgressions sexuelles et désirs interdits se croisent et s’entrechoquent. Sombrez au fil des lignes dans la décadence de fantasmes indicibles. Pulsions morbides, vices obsédants et passages à l’acte déraisonnables, les désirs s’expriment mais à quel prix le sexe prime ? Entre érotisme sans tabou et perversions assumées, Sexe Primé déflore les convenances. Des corps se mélangent et se perdent, d’autres s’adonnent à des étreintes trop soutenues… Des verges s’affolent et des soubresauts de plaisir s’emballent au gré d’honteuses envies, les nôtres pourtant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *