Le monde enchanté de mes lectures a lu « Sexe Primé »

photo érotique stella tanagra tabou éditions

« Sexe Cité » était passé entre les mains de ce blog littéraire très actif (souvent, plus d’une chronique par jour), il y a quelques mois, un article à redécouvrir ici : le monde enchanté de mes lectures.

Au tour de « Sexe Primé » d’être mis à nu par le regard averti de la blogueuse Eloradana que je remercie vivement ! Un extrait de son avis :

« La force de ce recueil c’est bien sûr le style assumé de l’auteure, sa plume est poétique et le sexe prend une toute autre dimension à travers ses mots. Cela rend l’ensemble psychologiquement intense. L’intérêt de ce genre d’écrits est bien entendu de nous confronter à nos propres fantasmes. L’auteure nous pousse dans nos retranchements, et met en exergue la puissance de nos désirs et l’influence qu’ils ont sur notre vie sexuelle et intime. »

Pour lire l’intégralité de la chronique d’Eloradana, rendez-vous sur ce lien : « Sexe Primé », chronique d’Eloradana.

Par la même occasion, j’invite tous les goulus de mots crus et autres genres littéraires, à parcourir la nouvelle interface de « le monde enchanté de mes lectures ». Vous y trouverez une variété intarissable de styles littéraires dont bande dessinée, new romance, manga, steampunk, polar, etc… décortiqués par une équipe de blogueuses passionnées et passionnantes.

 

sexe primé littérature érotique stella tanagra tabou éditionsTitre : Sexe Primé

Éditeur : Tabou Editions

Résumé : Aussi roses que noires, des pulsions (in)humaines s’expriment en dix nouvelles dangereusement excitantes. A chaque page tournée, transgressions sexuelles et désirs interdits se croisent et s’entrechoquent. Sombrez au fil des lignes dans la décadence de fantasmes indicibles. Pulsions morbides, vices obsédants et passages à l’acte déraisonnables, les désirs s’expriment mais à quel prix le sexe prime ? Entre érotisme sans tabou et perversions assumées, Sexe Primé déflore les convenances. Des corps se mélangent et se perdent, d’autres s’adonnent à des étreintes trop soutenues… Des verges s’affolent et des soubresauts de plaisir s’emballent au gré d’honteuses envies, les nôtres pourtant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *