Galerie Manoir Hanté (par Omega)

img_4365

Que faire un dimanche pluvieux d’automne ? De la pâtisserie, une belote ou du zapping ? Mais non, un shooting dans un manoir abandonné ! Ben évidemment, pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt ?  

img_43681/Destination finale

Ni une, ni deux, c’est parti pour l’expédition de tous les dangers. Le trajet est marqué d’un silence mortifère, Omega et moi prenant conscience après l’euphorie, des risques qui nous guettent ; celui de violer une propriété privée, celui d’être surpris par des personnes de mauvaise vie, celui de passer à travers un parquet moisi ou tout simplement de croiser un fantôme. Pourtant notre motivation, que dis-je, notre excitation nous déborde à chaque minute plus proche du but. Un abîme dans le grillage suffit à nous faufiler vers l’interdit. Quelques mètres plus loin et la majesté lugubre de la demeure s’impose à nous.

La vie s’est arrêtée ici mais pas le temps dont les affres se lisent de la cave au grenier.

Le ciel s’invite dans la toiture à cœur ouvert, les fenêtres ou plutôt les trous percent les étages dans le vide et la végétation s’échappe jusqu’au dernier pallier.

Oserons-nous poser pied là où le sol se dérobe ? L’inconscience est maître quand la passion fait foi ; go !

2/Scènes d’hécatombe 

Une désolation poétique à tendance grunge s’abat sur nous : réchaud à gaz, ribambelles de bougies, cadavres de bières et tags ; une multitude de bohèmes nous ont précédés.img_4379

Des fenêtres, il ne reste que les armatures en fer, des sols, les poutres, des plafonds, les fissures.

Des amas de ruines jonchent certaines pièces écroulées sur elles-mêmes. L’angoisse menace à mesure que nous nous enfonçons dans l’obscurité des alcôves ravagées. Tant l’excitation est prenante de toucher du doigt l’inconnu mystérieux, en parcourant les lieux, que nous en oublions les couloirs empruntés pour y parvenir. Lorsqu’il faut rebrousser chemin, l’escalier pourtant incontournable disparaît.

En équilibre sur des morceaux de murs parcellant le sol, nous évitons quelques crevasses plus profondes.

Lorsque nous pensons retrouver l’escalier espéré, il ne descend plus. Il monte jusqu’à des hauteurs d’autant plus vertigineuses. Ce n’est pas celui-ci, la désorientation règne dans ce chaos. A la diagonale opposée, après quelques palpitations cardiaques, nous retrouvons enfin notre chemin avant d’être définitivement claustré dans les tourments du troisième étage.

manoir-hante-53/Chair de poule

Au rez-de-chaussée, il subsiste les vestiges d’une cour extérieure aux arches voûtées. Le défunt bassin central s’est réincarné en marécage. Triste mais beau, tristement beau !

Je fais glisser mon jogging XXL le long de mes jambes et dessape le haut pour ensuite enfiler une paire d’escarpins, passant du rang de girl next door à celui de succube.

Il fait froid dans ce décor gothique où l’air humide n’hésite pas à se jeter sur moi. Nous entendons les détonations des cartouches dans la forêt qui nous entoure ; des chasseurs… Nous ignorons si un intrus à forme humaine ou mystique se cache dans les dédales ni si la toiture supportera encore longtemps le poids du monde : le temps nous est compté. Spectre emprisonné dans son cauchemar, j’erre au milieu des décombres sans me tenter à la fuite.

Décharnée de ma vêture, je me mets à nu dans le corps sans vie de la bâtisse.

Morte ou vive, je ne sais plus, tant je transcende mes peurs à l’instant où je me déhanche sous les voûtes arquées. C’est ici que je fais face à mes démons. C’est ici que je trouve mes réponses au son des cliquetis endiablés de l’appareil photo d’Omega.

Sommes-nous repartis vivants des bas-fonds du manoir ou sommes-nous devenus l’ombre de nous-mêmes, habités par des forces obscures ? Seules nos victimes le sauront…

 

5 thoughts on “Galerie Manoir Hanté (par Omega)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *