Bang Gang – d’Eva Husson (2015)

bang-gang

L’adolescence, la puberté du corps et du désir inspirent les cinéastes comme le montrent les longs métrages « Jeune et jolie » ou encore « Clip ».

Quant à « Bang gang », il s’intéresse à la société dans laquelle évoluent les adolescents de nos jours. L’immédiate consommation des relations humaines règne au détriment de la construction de sentiments véritables. Il ne s’agit ni du sexe pour l’amour, ni pour le plaisir, juste pour le fun, celui de lister ses partenaires et surtout de se mettre en scène. C’est une image factice qu’ont à vendre les personnages au lieu de partager de l’authentique. Les corps sont interchangeables à tel point qu’ils perdent leur unicité.

bang-gang-9

Internet, tablettes et smartphones mis en branle et c’est parti pour des séquences d’ébats sexuels diffusés aussitôt sur la toile.

bang-gang-2Alex a beau être un gros crétin, c’est un mec cool puisqu’il organise des événements nommées « bang gang » chez lui. Les corps y touchent les limites, celles de l’alcool, la drogue et le sexe. Nos héros pubères miment une vie rêvée ou plutôt dépravée de rock star en filmant leurs exploits. Les vidéos deviennent virales et les rumeurs courent jusqu’à rattraper ces jeunes confrontés ainsi à la réalité où l’on n’échappe pas à ses responsabilités.

A l’image de l’adolescence, ces moments d’excès sont aussi éphémères que délicieux. Quête d’identité et crises existentielles, un passage obligé vers l’âge adulte ?

Cette fable désillusionnée sur la sexualité des jeunes gens questionne quant à l’amour mis à rude épreuve par la banalisation et la démultiplication des rencontres sexuelles. Le fast sexe semble annihiler l’identité de chacun baisant les uns les autres sans raison ni désir réel.

Dépersonnalisés, les personnages et notamment la jeune et jolie George, cherchent à travers ces relations ce que chacun s‘évertue à trouver depuis la nuit des temps : l’appartenance, l’estime, la reconnaissance…

Quelques soient les manières de l’exprimer en fonction des époques, il s’agit encore et toujours de l’éternel besoin de l’Homme d’être aimé à tout prix…

bang-gang-3

4 thoughts on “Bang Gang – d’Eva Husson (2015)

  1. Décidément nos articles ont encore faillit se croiser.
    Personnellement j’ai trouvé ce film inintéressant. On sombre souvent dans le clichés que pour être libéré (même sexuellement), les adolescents vont systématiquement vers les excès de drogues et d’alcool. Je ne suis pas sûr que les jeunes le vive comme cela. Cela ressemble plus à l’idée d’une quadra sur la jeunesse qu’elle imagine.

    1. Effectivement, ce n’est pas le meilleur en la matière bien que j’ai apprécié l’esthétisme du film et qu’il est toujours plaisant de découvrir des films qui abordent la sexualité des adolescents. En terme de descente aux enfers des ados, le top du top est pour moi Larry Clark !

  2. Heureusement , nos enfants nous démontrent que cette approche décrite , trop diffusée n’est pas si répandue qu’on veut le dire ! Mais elle est bien présente, et c’est souvent entre jeunes que le jugement se fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *