Don Jon – de Joseph Gordon-Levitt (2013)

original-665576-501

don-jon-7

 

 

Joseph Gordon-Levitt alias Jon Martello n’est-il pas so sexy ? Assez pour suivre tout au long du film Don Jon, sa jolie musculature travaillée pour l’occasion mais pas que…

 

 

 

Ce long métrage illustre à merveille le poids des normes sociales qui induit le comportement des hommes de sorte de les mouler dans le même récipient stéréotypé.

Jon répond à la perfection aux préceptes socialement corrects de ce que tout jeune homme devrait être : musclé, gominé, entreprenant, viril, séducteur… Son personnage est construit sur mesure au gré des idées reçues sur les relations hommes/femmes déversées aussi bien par notre éducation que les médias de masse.

Cette comédie légère et pourtant subtile est idéale pour déconstruire nos conventions et faire la part des choses entre ce qui est vraiment important pour nous et l’image que l’on voudrait donner de nous ; ce fameux grand écart entre « l’être » et « le paraître »…

Sous le prisme de la sexualité de Jon, telle une expression de ce formatage patriarcal, ce film traduit les désillusions d’un homme qui à force de vivre avec succès à travers les apparences, perd goût à vivre. Aux femmes, il finit par préférer le porno, c’est dire…

Jusqu’au jour où (car ce jour arrive toujours dans les films), Jon, sous sa panoplie de parfait crétin, se laisse surprendre par ses vrais désirs et découvre avec méfiance l’amour authentique. Tel un inconnu à lui-même, Jon va expérimenter le « vrai lui » en oscillant entre sa copine bimbo écervelée (Scarlett Johansson) et sa muse expérimentée (Julianne Moore)…

Interdit au moins de 12 ans, sans doute pour ses quelques scènes hots et ses propos explicites sur le porno, Don Jon n’en est pas moins une drôle de romance quelque peu sensuelle que j’affectionne particulièrement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *