Spartacus (série) – de Steven S. DeKnight (2010/2013)

Alerte spéciale pour toutes les personnes en mal de mâles : Spartacus est là pour érotiser vos nuits…

spartacus-gannicus spartacus-8 sexy série Spartacus

Spartacus a sexualisé mes veillées pendant de longs mois où j’ai vécu au rythme des épisodes. Cette série dont l’ambiance est imprégnée de sensualité constitue une belle revanche pour tous ceux qui en ont marre de voir placarder toujours et éternellement des corps féminins aux mensurations surhumaines.

Cette fois-ci, place à la testostérone ; vous allez en prendre plein les mirettes.

L’école de gladiateurs de Cnaeus Lentus Batiatus se trouve à Capoue, en Italie du sud. Heureusement qu’il fait diablement chaud en Italie sans quoi la série aurait largement perdu de son attrait. Y sont enfermés des esclaves s’entrainant jours et nuits pour combattre dans l’Arène au péril de leur vie.

A l’image du péplum de Zack Snyder « 300 », pléthore d’hommes emmaillotés d’un superficiel bout de cuir et de peau se meuvent. Il y en a pour tous les goûts : blonds, bruns, frisés, bronzés…

spartacus-sexe-5La série n’hésite pas à dévoiler la moindre ou plutôt énorme anatomie de certains tandis que vous jubilerez devant le charisme ultra érogène de Andy Whitfield (décédé au cours du tournage de la série) puis de son successeur Liam Mclntyre. 

spartacus-jai-courtney
Jai Courtney

La multitude de corps masculins rattrape ainsi les décennies d’absence de leur morphologie sur les écrans ; réveillant ainsi les libidos télévisuelles en jachère. Les images de corps à corps aussi charnels que bestiaux feront baver vos orifices en se succédant d’épisodes en épisodes. Tout est conçu pour se repaitre de la musculature parfaite des athlètes dont un grand blond à bouclettes qui n’est pas moins que le beau Jay Courtney que vous pouvez voir dans de nombreux films américains à gros budgets et gros muscles : Terminator : Genesis, Die hard : une belle journée pour mourir, Divergente…

Sueur, cicatrices, combats, relations sexuelles et scènes explicites se donnent la réplique pour votre régal.

Autant dire que la série Spartacus expose sans tabou la sexualité sous de nombreux travers croustillants : les rapports de force, l’homosexualité, l’éphébophilie, les orgies, la nudité omniprésente, l’adultère, la domination…

Cela dit, ces ingrédients n’auraient sans doute pas suffi à retenir mon attention au long des trente neuf épisodes si la qualité des jeux d’acteurs et de la réalisation n’avaient été au rendez-vous. Je souligne plus spécifiquement le jeu d’acteur de John Hannah interprétant le stratège Batiatus et de la calculatrice et cupide Viva Bianca incarnant le rôle de Liithyia.

Le tout est ficelé d’une intrigue qui vous met l’eau à la bouche quand bien même l’Histoire de Spartacus n’est pas une nouveauté – là est d’ailleurs le brio de la série. Le scénario ravira autant :

  • les fans de reconstitutions historiques tel que Rome
  • les fans de séries mêlant action et suspens à la Walking dead
  • les fans de liaisons dangereuses au même titre que Desesperate houswives
  • les fans de ma rubrique « cin’émoi » qui aiment voir du sexe même où il n’y en a pas !
 

Omega, amateur d’Histoire contextualise pour nous la série Spartacus :

Qui est Spartacus ?

Spartacus-affiche-1

En moins 70 avant Jésus-Christ, sous l’empire romain, Spartacus est le premier esclave a se soulever contre l’oppression. La rébellion de Spartacus commence dans le désespoir, lorsqu’il apprend la mort de sa femme.

Il se révolte contre le système et notamment l’utilisation par l’élite, d’hommes sacrifiés sans état d’âme pour divertir la foule. Spartacus aspire à être libre et s’émanciper avec ses frères (les gladiateurs se considèrent tous comme des frères). Pour cela, son projet est d’attaquer Rome. Le clivage pauvres / riches et surtout l’esclavagisme des pauvres aux fins de servir et divertir les puissants sont les injustices auxquelles Spartacus ne veut plus se soumettre. Ce qui caractérise Spartacus est sa capacité à fédérer les hommes pour défendre une même cause.

Une phrase mythique illustre ce point : lorsque Batiatus recherche Spartacus parmi les gladiateurs pour le tuer, il demande « Qui est Spartacus ? » et chaque gladiateur scande à tour de rôle « Je suis Spartacus ! ».

Spartacus est repris maintes et maintes fois dans les lithographies, les peintures, les contes, et les films dont bien entendu « Spartacus » de Stanley Kubrik avec Kirk Douglas.

Quelle est la place du sexe à cette époque ?

spartacus-sexe-4

D’une part, le sexe est primordial et a la particularité de s’exprimer avec beaucoup de désinhibition, la nudité n’étant pas exclusivement réservée à l’intimité. Les orgies romaines sont la continuité normale des soirées mondaines. Les repas sont gargantuesques, le vin – alcool des riches, coule à flot et les esclaves divertissent les puissants. Ces fêtes de la haute société sont la démonstration du pouvoir des hommes qui exposent notamment leur plus forts gladiateurs. Ils sont d’ailleurs utilisés lors des ébats sexuels.

D’autre part, la promiscuité masculine des esclaves a donné naissance à des relations amoureuses à caractère homosexuel qui restent cependant des cas isolés.

Enfin, une tendance à l’éphébophilie est à noter tout en la contextualiser dans une époque où l’on meurt jeune notamment en raison des guerres. Un préadolescent est déjà considéré comme un homme…

spartacus-sexe-3

Quelle est la place des femmes à cette époque ?

spartacus-batiatusLes femmes ont énormément de pouvoir de manière officieuse à savoir dans l’ombre de leur mari. Elles avaient par exemple le droit de vote mais pas celui de siéger.

Hormis le domaine de la stratégie militaire dont elles sont exclues, les femmes étaient très directives mais jamais en public où les hommes devaient conserver leur rôle dominant. Elles géraient plus spécifiquement les relations publiques. Les femmes participaient aux orgies au même titre que leur mari. Le candaulisme vient de cette époque, en référence au Roi Candaule.

spartacus

Dans la série Spartacus, Llithyia, femme d’un imperator romain, joue de son pouvoir pour manipuler son entourage jusqu’à son mari afin d’arriver à ses fins. Elles entretient de nombreuses relations adultérines avec des esclaves.

 

 

Vous n’êtes pas encore rassasiés ? Bon, la prochaine fois, un article illustré sur les Dieux du Stade !

5 thoughts on “Spartacus (série) – de Steven S. DeKnight (2010/2013)

  1. hihihi c’est vrai qu’ils sont beau et que j’ai dévoré la serie à defaut d’autres choses 🙂
    tu viens de comprendre pourquoi à 30 ans j’aime le catch mode WWE 🙂 des « supers heros » beaux comme des dieu et sans le collant ridicule qui cache tout 🙂

  2. mdr on a essayé avec renaud mais c’est trop violent – on aime bien le catch car il font des trucs de ouf m c du cirque de la cascade. C’est un peu plus belle la vie mais version graouuuu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *